Thomas Cock

Posts Tagged ‘les exs’

La théorie des cordes

In Uncategorized on 08/02/2011 at 12:12

Ce matin, je sentais qu’aujourd’hui ce serait différent. Cinq minutes. Six ou sept maximum ! Comme lorsque tout s’éteint et que le cerveau continue de fonctionner. Des minutes orgiaques ! Entre deux états, des minutes qui précèdent ou suivent le sommeil, des minutes funambules entre deux gratte-ciels… rêve éveillé. La solution en flou. Ta vie de l’autre côté, une immense perche dans les mains… Regarder une dernière fois en arrière…

Le croisement des volontés, le moment, le choix, le fait d’être là. Tout simplement là avec Chloé nue. Je…nu aussi, devant Takeo et son œil mécanique. Toute sorte de grands panneaux blancs réfléchissants du blanc. Des cordes… On attache Chloé. Elle me regarde, les yeux mouillés. Ses pupilles sont des puits avec un cadavre au fond. Une histoire, quelque chose de caché l’enveloppe au point qu’il n’y a plus que ça. Elle n’est plus que ça. Elle est son secret. J’ai peur qu’elle pleure. Qu’elle pleure exciterait l’autre jap à tous les coups. On m’attache et c’est à mon tour de la regarder comme une bête prise au piège.

Nos cordes nous soulèvent dans les airs, dans des poses démantibulées pendant que l’autre nous mitraille, nous capture avec son objectif. Sa lentille géante nous inspecte, nous suit. Ce vicelard veut qu’on imite le toucher d’index de la chapelle Sixtine. « Mickael Angelo!! », « Souffle divin !! » qu’il beugle. Japonais, photographe et kitsh ! Le contraire m’aurait étonné.

On l’a faite et refaite. Cette scène où Dieu touche Adam du bout du doigt.

Baptême Bondage et envie de pisser. Au bout de trois heures à la regarder droit dans les yeux, en essayant l’air divin, j’ai eu l’impression qu’elle a fini par me refiler son secret comme elle m’aurait donné la sainte onction ou un paquet dans une guerre dont seule elle avait remarqué la présence. Putain de saint esprit parano, tenancière coupable du grand bordel ou je ne sais quoi, maladie de l’air, peut-être. Peu importe ce que ça peut bien être. Elle se cache, elle a peur… Elle a peur qu’on découvre ce qu’elle est. Il n’y a rien de plus à savoir ! En ça, Dieu est un peu femme !

J’ai été athée, agnostique, le plus souvent septique… peureux… Peur de découvrir, d’être découvert, peur de découvrir qui on serait si on s’aventurait sur le fil… Attaché comme une marionnette, mes ex copines défilent devant mes yeux regardées par toutes ces filles, les autres, celles dont j’étais amoureux sans arriver à le dire, effrayé même de penser à elles, branlette coupable dans mon coin, doublement coupable si dieu existe et me regarde.

Etrange moment que cette éternité dans des cordes…