Thomas Cock

Les Versus

Aristote vs Fabrice Luchini

A : Toute la matière de l’univers est composée de 4 éléments de base. La terre, l’air, l’eau, le feu.

F : Déjà là… Il ne le sait pas encore mais il tient un truc ! Jusqu’à présent, c’est trivial… MAIS !

A : Ces éléments sont animés par deux forces : tendance pour la terre et l’eau à couler et la légèreté, tendance pour le feu et l’air à s’élever.

F : Là ! On assiste à quelque chose de majestueux! La naissance d’un esprit indépendant. Il sort de sa coquille bornée de sophiste. L’élève dépasse le maître ! Ton-Pla, il est sur le cul ! Le gamin est en train de créer les lois de l’attraction.  Il est ému Ton-Pla ! C’est comme un fils pour lui, Aristote, il lui a tout appris. C’est presque incestueux, c’est grec ! Excuse-moi, Aristote ! Je te coupe mais c’est parce que je t’aime ! D’ailleurs, en parlant de couper, c’est là que commence la véritable pornographie aristotélicienne. Pornographie qui ne s’arrêtera jamais. On n’a toujours pas pu prouver qu’il avait tort le coco. C’est énorme ! On va tous gagner beaucoup de pognon avec ça ! Mais j’arrête, j’arrête… je te laisse le raconter !

A : La matière est continue…

F : La matière est continue… Magnifique ! Non, vas-y ! Excuse-moi ! Je répète seulement… pour incorporer cette vérité, pour faire un avec elle. C’est simple, c’est beau, c’est juste ! Ça fait du bien ! La matière est continue !

A : …

F : La matière est continue ! C’est sublime ! Pardon ! Vas-y ! Ce n’est pas fini !

A : C’est-à-dire qu’on peut diviser un bout de matière en morceaux de plus en plus petits, à l’infini.

F : Ce n’est pas fini ! C’est infini ! C’est du lourd ! Ce qu’il fait, il le fait par amour et c’est ça qu’est beau ! Au lieu de faire une mécanique de lui-même, ou de ses prédécesseurs, il se dépasse… NOOONN !! Il se dépossède pour nous tous, pour devenir lui-même ! MIEUX !!! Il va jusqu’à se fragmenter lui-même, pour découvrir au fond de lui, dans son morcèlement, l’infini ! C’est énorme ! Mais il ne le sait pas encore, il ne le saura jamais ! C’est Roméo et Juliette version physique. J’ai envie de te dire la phrase de Paul Valéry : « Que de choses il faut ignorer pour agir ».

A : Tout le monde n’est pas forcément d’accord. Démocrite, par exemple, il pense que la matière est granuleuse et que tout est fait, composé d’atomes. (Atome : du grec atomos, alpha privatif, tomos : couper. Qui ne peut être divisé, insécable)

F : Ça, c’est des conneries ! Là ! On va tous se calmer ! C’est tout et n’importe quoi mais ce n’est pas grave, on s’en fout parce qu’il le fait pour le débat comme Ker-Dru sur vivement dimanche. Un débat, une controverse qui durera des siècles, et lancera la qué-quête scientifique à la poursuite des particules élémentaires. Un débat qui durera peut-être encore des années lumières… ça dépasse la simple actualité culturelle. C’est ça qui est beau, qui est sublime ! C’est que comme toutes les quêtes, c’est une quête de l’impossible, une quête romantique !

Albert Einstein Vs JCV

  • Pas la peine de me parler de la relativité, j’ai déjà tout compris.
  • C’est très simple ! Tu mets une minute votre main sur un poêle ou sur la cuisse d’une jolie fille. C’est ça la relativité.
  • Mais t’as oublié qu’on n’a pas la même perception du temps selon les species, c’est ce qui fait que je peux passer ma main entre toi et moi comme ça. Parce que pour l’oxygène, une seconde, c’est peut-être dix secondes, et pour le béton, une seconde, c’est peut-être un millième de seconde… Tu veux des cacahuètes ?
  • Non merci !
  • J’adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du gout. Alors tu manges des cacahuètes. Les cacahuètes c’est doux et salé, fort et tendre, comme une femme. Manger des cacahuètes, it’s a really strong feeling. Et après tu as de nouveau envie de boire de la bière. Les cacahuètes c’est le mouvement perpétuel à la portée de l’homme. Note . Tu n’as pas un journal où tu notes tes idées ?
  • Je n’en ai jamais eu qu’une seule.
  • Hé hé ! C’est pour ça que tu viens me voir !
  • Tu peux revenir à ce que tu disais…
  • Ok Al ! Entre toi et moi, il y a un produit qui s’appelle l’oxygène, alors si tu fais ça (inspiration/expiration) comme ça, tu vis, mais si je tue l’oxygène comme sur la lune, tu meurs. Qu’est-ce que t’en dis ?
  • Je vois. Tu pars du postulat qu’une idée doit toujours être absurde.
  • Absurde ?! Si on enlevait l’air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre….Et les avions aussi…. En même temps l’air, tu peux pas le toucher…ça existe et ça existe pas…Ça nourrit l’homme sans qu’il ait faim…It’s magic…L’air c’est beau. En même temps tu peux pas le voir. C’est doux et tu peux pas le toucher… Je suis fasciné par l’air.
  • C’est un petit peu comme Dieu !
  • Ne me lance pas sur Dieu !
  • Pourtant ce qui m’intéresse vraiment, JC, c’est de connaître les pensées de Dieu.
  • Y’a Jean-Claude, y’a Dieu, dans le même corps. Un plus un égale un.
  • Ne t’inquiète pas si tu as des difficultés en math, je peux t’assurer que les miennes sont bien pires.
  • Tu le saurais si tu croyais en Dieu, Al ? Chaque personne a le seigneur en soi. We’re all one!
  • Je préfère que tu me définisses d’abord Dieu et je te dirais si j’y crois.
  • Pas le Dieu du Testament, of course. Adam et Ève, j’y crois plus tu vois, parce que je suis pas un idiot : la pomme, ça peut pas être mauvais, c’est plein de pectine.
  • J’aurais aussi voulu savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde.
  • Je ne crois pas. Je crois que Dieu, c’est La vie. Et la vie, elle appartient à tous les vivants. Alors, il avait pas le choix. It’s both a dream and a feeling. C’est être ce que nous ne sommes pas sans le rester. Dieu, c’est la vie, mais c’est mourir aussi….Et mourir c’est vraiment strong…c’est rester en vie au-delà de la mort…Tous ceux qui sont morts n’ignorent pas de le savoir.
  • J’éprouve une émotion très forte pour le mystère de la vie.
  • Tu l’as dit toi-même : Dieu ne boit pas du thé.
  • C’est vrai !
  • J’espère que c’est pas trop fort, mais c’est très profond ce que je vais dire: il y a deux vies.
  • L’une en faisant comme si rien n’est un miracle, l’autre en faisant comme si tout en est un…
  • La première vie, c’est la nôtre: entre toi et moi, le téléphone, la conversation, le magazine Première, le film La Légion étrangère – qui est très beau, je respecte, mais c’est une réalité qu’on a créée, que j’appelle «illusion». Et puis, il y a la mort; qui n’existe pas. C’est la seconde dimension; la vraie dimension de la vie, c’est l’univers! Et c’est là où on revient, soit dans la même enveloppe, soit autre chose. C’est infini!
  • Comme l’univers et la bêtise humaine. Et encore, pas sûr pour l’univers.
  • Attention quand je parle de l’enveloppe tu vois, je parle pas l’enveloppe que tu envoies par la poste. Je parle de l’enveloppe que tu vois. Celle qui enveloppe tout. Les paquets de biscuits, les sachets de cocaïne, ton esprit, etc … Non, l’enveloppe c’est vraiment global. Mais uniquement liée au spirit généralement. Oui alors un biscuit tu me diras ça n’a pas de spirit, c’est juste un biscuit. Mais avant, c’était du lait, des œufs. Et dans les œufs, il y a la vie potentielle… Le potential life dans une coquille, une enveloppe … qui elle-même était contenu dans la poule.
  • En théorie. Et la théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. En pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Sur terre : Rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi ! Mais avec toi JC…
  • It’s a paradigme, un « paradigme » comme on dit en français, je crois…
  • Merci JC ! Vraiment ! Je pense ce que je dis.
  • Entre penser et dire, il y a un monde de différences (et ils sont près!). Une personne s’appelle « dieu » et l’autre s’appelle « être humain ». Et on est tous les deux la même chose au même niveau… mais « dieu » voudrait qu’on pense la vérité sur nous-même et pas ce qu’on dit… Tu comprends ce que je veux dire?
  • Et bien je n’ai jamais fait une interview comme ça! Je ne sais pas pourquoi.

  1. Une larme vient de tomber… J’aimerai pouvoir m’abandonner dans les bras de celui qui me fait rêver. J’ai tant besoin avec lui, de m’envoler, que je veux bien devenir Wanda pour l’accompagner. Absence et silence m’ont tétanisée, mais aujourd’hui, j’ai compris. Dans tous ces textes je le lis et le relis, c’est insensé d’avoir les mêmes pensées et ce même feu intérieur depuis ce temps. Je veux bien être sa réalité s’ il me le permet, j’ai tant de choses à lui expliquer, à partager, à aimer. Moi aussi je suis enchaînée, ferrée s’il savait ! A un point que ma tête n’a plus qu’une idée, plus envie de bouger, je ne réagis qu’avec lui. Je crois qu’il détient ma télécommande, pas besoin de rallumer, la veille était juste en apparté. Il me manque aussi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :